L’APC fait dans la communication et l’information

Depuis son installation, la nouvelle assemblée populaire communale d’Aïn Témouchent a décidé d’informer ses administrés de toutes les actions contribuant au développement local et de toutes les affaires publiques, en faisant appel à tous les médias et à travers l’affichage. C’est du moins le message qu’a tenu à passer la déléguée spé-ciale de la circonscription administrative de Sidi Saïd, Mme Didi Halima, dans un entretien qu’elle a bien voulu accorder récemment à La voix de l’Oranie.
«C’est dans cette optique, dira-t-elle en substance, qu’un tableau électronique géant sera érigé à la Place du 09 Décembre 1960, pour afficher les informations utiles aux citoyens», a-t-elle souligné. Sur un autre plan et selon des témoignages recueillis çà et là, les quartiers respectifs de Sidi Saïd et de Hay Zitoun connaissent ces derniers temps de vastes opérations de nettoiement. Entre-temps, la circonscription de Sidi-Saïd a bénéficié du recrutement de 150 jeunes, dans le cadre du dispositif d’aide à l’insertion professionnelle (DAIP). Ces nouvelles recrues sont reparties par équipes, elles-mêmes dirigées par des tâcherons contractés, pour procéder aux travaux de curage et d’entretien des avaloirs et autres caniveaux. Grâce à ces mesures prises à temps, les dernières pluies diluviennes n’ont guère affecté les ruelles ni entraîné la stagnation de la boue. Les autres tâches menées concernent l’embellissement, le désherbage et l’entretien des arbres.
En attendant l’informatisation de la gestion de l’état civil, les agents de ce service subissent une forte augmentation des demandes de pièces administratives, à l’exception de l’extrait d’acte de naissance n°12, délivré par la seule commune de naissance. Le hic est que les citoyens provenant des communes environnantes, sont obligés de venir faire légaliser et authentifier leurs documents administratifs auprès de la mairie de Sidi Saïd. Cela se traduit par un afflux sans précédent vers les guichets affectés à cette tâche et que n’encourage guère l’exiguïté des bureaux. Une gêne de plus pour les agents qui font pourtant preuve de sérieux et de patience dans l’exercice de leur fonction.
Pour leur part, les résidents de Hay Zitoun réclament la plantation d’arbres ornementaux le long des trottoirs, ainsi que le renforcement de l’éclairage public dans la partie nord-ouest de cette cité. Sur le plan culturel, la cité de Sidi Saïd est privée de tout rayonnement culturel, à l’image d’une bibliothèque ou d’une Maison des Jeunes, qui se montreraient à la hauteur de leur mission, ne serait-ce que pour préserver des milliers de jeunes de l’oisiveté.

Source : Voix-Oranie

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An Awesem design by Orman