La cour de justice achevée à 80%

justiceL’ouverture d’une cour de justice s’avère désormais une nécessité impérieuse, car le développement que connaît la wilaya d’Aïn Témouchent ne peut se poursuivre aisément, sans l’amélioration du système judiciaire pour une population estimée à 360.000 habitants, dont les justiciables sont toujours obligés de se rendre jusqu’à Sidi Bel-Abbès. S’il est vrai que la wilaya dispose de quatre (04) tribunaux, implantés respectivement à Béni-Saf, Aïn Témouchent, Hammam Bouhadjar et El-Amria, cela n’empêche pas que les citoyens soient obligés de recourir à la Cour de Sidi Bel-Abbès, territorialement compétente. Beaucoup d’entre eux ont effectivement raté l’audience à laquelle ils étaient convoqués, car n’étant pas à l’abri d’un incident de parcours sur un trajet long de 65km, entre la ville d’Aïn Témouchent et la capitale de la Mékerra.
Pour l’anecdote, les correspondants locaux de la presse régionale et nationale, n’ont pas eu le loisir de profiter de la formation dispensée par les magistrats au niveau de leur cour d’attache, à l’instar de leurs confrères résidant dans d’autres wilayas mieux nanties. Heureusement que le projet de réalisation de la future cour d’Aïn Témouchent, affiche un taux satisfaisant (80%). Sur un autre plan, l’ouverture de cette nouvelle institution judiciaire aura des répercussions positives en matière de création d’emplois et d’activités collatérales, dont profiteront les jeunes en chômage. Concernant les affaires en appel, les justiciables s’attendent à une meilleure célérité dans leur traitement, ainsi que dans la prononciation du verdict, ce qui les soulagera d’autant des déplacements éprouvants voire onéreux.

Source : Voix-Oranie

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An Awesem design by Orman