La télégestion et l’assainissement en débat

eauLe besoin de mettre en place un système de contrôle et de gestion à distance se fait ressentir d’une manière urgente, selon des avis des uns, et d’une façon graduelle d’après des propositions des autres. Mais il demeure une préoccupation partagée par l’ensemble des acteurs du secteur de l’eau et de l’assainissement. Ce souci reste aussi exprimé par les élus locaux gestionnaires des réseaux publics de l’eau potable et l’assainissement ainsi que ceux à charge des grands aménagements hydrauliques, de stockage, de pompage, de transport d’eau et d’épuration d’eau usée.
Ces derniers se plaçant en aval des niveaux décisionnels et exécutifs demeurent à présent les principaux concernés et doivent être mêlés de bout en bout à toute réflexion sérieuse abordant la télégestion et devant avoir une part de décision non négligeable dans l’élaboration de la conception du système de mise en place de la télégestion. Sous le haut patronage du wali de la wilaya d’Aïn Témouchent et en étroite collaboration avec l’autorité hydraulique (DHW), l’ONG «Défense des intérêts des utilisateurs d’eau et protection de l’environnement» organisera une journée d’information sur la télégestion, domaine d’application eau potable et assainissement.
La rencontre aura lieu le lundi 07 juillet 2008 à l’hôtel Bel Air d’Aïn Témouchent. Participeront à ce grand rendez-vous, les représentants des directions de l’hydraulique des wilayas de Tlemcen, Sidi Bel-Abbès, Aïn Témouchent, Oran, Mostaganem, Saïda, Naama, Relizane, Mascara, les responsables centraux, régionaux et locaux de l’Algérienne des eaux (ADE), l’Office national de l’assainissement (ONA), l’Agence nationale de recherche hydrique (ANRH), l’Agence des bassins hydrographiques (ABH), le Contrôle technique hydraulique (CTH), l’Office national de l’irrigation (ONID), les élus des deux chambres, les élus APC/APW, des ONG, des bureaux d’études, des entreprises publiques et privées du secteur de l’eau, des universitaires, des subdivisionnaires de l’hydraulique, des membres de l’exécutif de la wilaya d’Aïn Témouchent et des experts du domaine d’outre-mer. Invités à animer les débats et conférences, des ingénieurs et experts de Saint Gobain PAM-Algérie ainsi que des chercheurs et universitaires d’Algérie.
Compte tenu de l’importance du thème choisi, et eu égard aux grands aménagements hydrauliques projetés dans la wilaya d’Aïn Témouchent, l’autorité agricole et les responsables de la wilaya ont décidé d’inscrire en étude et réalisation des systèmes de télégestion pour les grands centres urbains, une opération qui s’étalera par la suite sur l’ensemble des chefs-lieux de communes. Les principaux objectifs visés par le contrôle et la gestion à distance sont: assurer une surveillance 24h/24 du fonctionnement des installations, optimiser la gestion de la ressource en eau, notamment en période estivale caractérisée par des flux importants d’estivants générant une augmentation de la consommation d’eau, et avoir une vision globale du fonctionnement du réseau afin de pouvoir agir rapidement en cas de problème.
Quant aux résultats attendus, la mise en place de la télégestion permettra de sécuriser l’approvisionnement en eau en étant alerté immédiatement des anomalies sur le réseau, d’économiser l’énergie en optimisant les temps de pompage en fonction des besoins et des tranches de tarification électrique indiquées par la Sonelgaz, faire de l’entretien et de la maintenance préventives grâce à la connaissance précise des temps de fonctionnement des équipements et optimiser le fonctionnement du réseau par la connaissance précise et permanente des niveaux, débits et pressions. Selon les avis des uns et des autres, la wilaya d’Aïn Témouchent, en perspective de la mise en service de l’usine de dessalement d’eau de mer d’une capacité de 200.000 m3/j, est une wilaya pilote voulant doter ses réseaux publics et ouvrages hydrauliques de système de contrôle et gestion à distance.

Source : Quotidien-Oran

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An Awesem design by Orman