Le poulet atteint les 400 dinars le kilo

A quelques jours du mois de la Miséricorde, Ramadhan, les prix des produits de première nécessité ne cessent de connaître des augmentations terrifiantes, provoquant l’émoi chez les pères de famille aux revenus limités. Tout y passe: alimentation générale, légumes et fruits ainsi que les viandes rouges et blanches. Ces dernières, dans la wilaya de Aïn Témouchent, prennent de l’altitude, d’une journée à l’autre, poussant le citoyen à se poser des questions sans réponse sur la manière dont il va gérer ses dépenses durant le mois de Ramadhan. La viande rouge, particulièrement celle de l’agneau, proposée à 900 dinars et plus le kilo, est devenue pratiquement inaccessible à la grande majorité des consommateurs.
La viande hachée, qui se compose souvent des déchets invendables, est également aussi «brûlante », à 800 DA le kilo. Cette situation a poussé les gens à se rabattre sur la viande blanche, qui est devenue, à son tour, «interdite » pour la majorité des ménages aux revenus moyens car, à 400 DA le kilo, elle n’est plus à la portée de tous. Selon certains, elle pourrait même atteindre 450 à 500 DA le kilo au début du Ramadhan si les responsables concernés n’interviennent pas pour juguler le phénomène des augmentations aussi injustifiables qu’injustifiées. Il faut signaler qu’au niveau de certaines communes, les prix varient de l’une à l’autre. On peut ainsi trouver du poulet à 350 ou 360 DA le kg à Hammam Bouhadjar, et entre 370 et 380 DA à Aïn El Arba. Mais ces prix restent trop élevés pour les citoyens.
Une situation qui nécessite, affirment certains citoyens, l’intervention énergique de la direction de wilaya de la qualité et des prix pour mettre un terme à cette anarchie au cours de laquelle chacun fixe les prix à sa guise, saignant à souhait les malheureuses familles qui avaient déjà du mal à joindre les deux bouts bien avant ces augmentations.

Source : Echo-Oran

4 Comments

  1. mohamed dit :

    il vaut mieux qu’il dépasse cela puisque nous n’avons ni gouvernement ni ministres ni walis.ni ploce.ni gendarmerie ni rien.nous avons un gouvernement de hogra c’est tout

    Répondre
  2. safi dit :

    le prix du poulet a connu une hausse galopante de 220 DA le kg à 320DA dans ttes les villes les villages et les douars en Algerie sauf a Temouchent ou il a connu un prix de 450 DA. Et les controleurs des prix ou sont-ils? ou encore c´est bien eux qui vendent les poulets.

    Répondre
  3. sahli dit :

    Le poulet atteint les 400 dinars le kilo? que ce qui se passe a Temouchent!!! reveillez-vous alors, reveillez-vous alors, reveillez-vous alors, reveillez-vous alors :mrgreen: :arrow: :twisted: :idea: :oops: reveillez-vous alors

    Répondre
  4. CHABATI dit :

    SI LES CONSOMATEURS étaient bien organiser cela n’arrivera certainement pas .Comme toujours lorsqu’il y a des personnes qui veulent se regrouper pour mieux se défendre personne n’y croi . un exemple , je sui certain que s’ils se décident de ne plus acheter de POULETS pendant quelques jours et qu’un grand nombre de bouchers seront touché , les producteurs verront verront leurs ventes chuter , je suis certain que les prix baisseront mais comme il n’y à pas d’entente il n’y a pas de préssion et donc les bouchers et les commerçants en général pratiques les prix qu’ils veulent sans se soucier du citoyen

    Répondre

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An Awesem design by Orman