Le service de traumatologie ouvrira bientôt ses portes

Mis en route officiellement par M. Amar Tou, ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière (MSPRH), en date du 14 décembre 2006, l’établissement hospitalier (EH) Dr Benzerdjeb, 240 lits, d’Aïn Témouchent est doté d’équipements ultra-modernes pour les besoins de fonctionnement de 28 spécialités. Lors de l’installation du directeur général, en l’occurrence le Dr Assi Kouider, par le ministre Amar Tou, il a été clairement décidé d’opérer par étapes et d’une manière graduelle en ce qui concerne le fonctionnement de l’EH. Ainsi, la première consultation spécialisée a eu lieu le 03 février 2007. Le démarrage progressif de l’EH Dr Benzerdjeb a suscité, à l’époque, des interrogations diversement exprimées et variablement formulées, pas uniquement par l’opinion publique mais aussi par certains du secteur de la santé qui espéraient une promotion.
Face à la détermination du nouveau staff directionnel qui s’est attelé, comme tâche prioritaire, la mise en application des décisions du ministre quant à la stratégie adoptée relative à l’ouverture progressive des services, les doutes et craintes qui planaient se sont dissipés et tout devenait clair aux yeux des observateurs qui ne se sont pas empressés pour donner des faux jugements sur les bonnes intentions prises. Trois mois après l’ouverture des consultations spécialisées, la direction de l’EH Dr Benzerdjeb a procédé à l’installation des organes de gestion qui sont les conseils médical et de gestion. Celle-ci est rendue possible, note le DG grâce à la mise en place des crédits de fonctionnement pour l’exercice 2007. Outre ces deux organes fondamentaux, les crédits alloués à l’EH ont permis à la mise en route du service de médecine interne y compris celle des annexes telles que la pharmacie, le bureau des entrées, le laboratoire, la cuisine, la buanderie.
Ce service comprend, entre autres, les sous-services des diabétiques, d’endocrinologie, des maladies du système nerveux et de la gastro-entérologie. Interrogé sur la date d’ouverture du département de chirurgie, le Dr Assi Kouider, qui s’attendait à cette question capitale ayant fait, auparavant, des hauts et des bas dans les discussions de nombreux responsables et d’élus, l’a fixée à fin septembre 2007, pour commencer par la neurochirurgie, la pédiatrie, l’ORL, l’ophtalmologie et la traumatologie. On espère en finir avec les évacuations des cas urgents nécessitant une chirurgie traumatologique. En matière de statistiques, l’EH a enregistré, en 6 mois, pas moins de 3.500 consultations spécialisées (malades externes) alors que le nombre des patients entrants s’élève à 150. La durée moyenne de séjour est de 4 jours par service.
En attendant la mise en place de la contractualisation selon le statut de l’EH, l’administration continue à faire usage de la tarification ancienne, c’est-à-dire 100 DA pour la consultation spécialisée; les malades disposant de carte de gratuité des soins sont pris en charge totalement par les instances compétentes. Présentement les 28 spécialistes affectés par le MSPRH à l’EH ont eu des logements de fonction, un fait mis en exergue par le DG qui remercie les autorités de la wilaya.
En somme, la réforme n’a de sens que lorsque les hôpitaux seront rentables et pour qu’ils le soient, il y a lieu de mettre en oeuvre la contractualisation. Ce monde de gestion favorise la réduction de la durée du séjour et permet aussi une prise en charge rapide et efficace des patients étant donné que l’EH dispose de spécialistes et d’équipements ultra-modernes. Par ailleurs, la DG de l’EH a précisé que l’administration vient de signer un contrat avec un bureau d’étude étranger pour la formation d’ingénieurs locaux en maintenance préventive et curative des équipements médicaux et collectifs. La quatrième étape de formation sera dispensée ce mois-ci, indique-t-il.

Source: le Quotidien-Oran

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An Awesem design by Orman