Les sociétaires de la Viticoop maintiennent le cap

L’autorité agricole de la wilaya d’Aïn Témouchent a voulu coûte que coûte, depuis plus d’une année, mettre fin à ce qu’elle a qualifié de situation irrégulière et illégale de la viticoop. Mais celle-ci est confrontée à une rude opposition de la part des 60 sociétaires qui forment l’instance de décision de la Viticoop, selon le règlement intérieur. Depuis quelques mois, et sur proposition de l’autorité agricole, une réunion s’est tenue au siège de la DSA d’Aïn Témouchent. L’ordre du jour était de faire connaître à l’assistance, sociétaires représentés partiellement, la désignation d’un comité de moins de dix personnes, issus des rangs de la profession et autres représentants et non pas de l’assemblée générale de la viticoop. Séance tenante, un sociétaire s’est opposé à la manière dont a été désigné ledit comité à charge de préparer l’AG élective de la coopérative et de l’élargissement des adhésions de nouveaux sociétaires moyennant versement de 1.000 DA comme le stipule les textes en vigueur.
Les sociétaires ont voulu tout d’abord évaluer le patrimoine de la viticoop et de plafonner le nombre d’adhérents, lequel définira par simple opération de division la part de l’adhésion. Face au forcing opéré par l’autorité agricole, le sociétaire qui a pris la parole a contesté le fait d’élire le comité parmi des personnes non sociétaires et a, en quelque sorte, éveillé les autres qui, au bout de quelques semaines (juin 2008), ont provoqué une AG et décidé à l’unanimité de choisir un comité parmi eux, qui fera office du chargé de la sensibilisation et de l’information en vue d’appeler des viticulteurs à adhérer à la viticoop. Un registre a été paraphé et signé et mis à leur disposition au niveau de la viticoop, selon le gérant M. Kada Belfar Mohamed qui précise que 30 nouveaux viticulteurs ont adhéré. Actuellement, les deux comités oeuvrent séparément et différemment et chacun d’eux croit pouvoir prendre le dessus sur l’autre. Les sociétaires ont, semble-t-il, trouvé la faille réglementaire et statutaire. L’affaire est entre les mains de la justice et les sociétaires ne veulent pas changer d’activités et de dénomination.

Source : Quotidien-Oran

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An Awesem design by Orman