L’industrie prend le dessus sur le tourisme

usineDepuis l’année 2000, des promotions d’experts, investisseurs et hommes d’affaires ne cessent de visiter la wilaya d’Aïn Témouchent, en vue de connaître davantage ses potentialités à valoriser et à promouvoir dans différents domaines d’activités et tout particuièrement le tourisme balnéaire, la pêche et l’agriculture. Mais ces derniers temps, les intentions des promoteurs étrangers du Golfe notamment sont «captées» par le développement des créneaux porteurs dans le domaine de l’Industrie et des Mines. La zone industrielle, une mégapole qui s’étend sur plus de 5.400 ha, a complètement focalisé l’attention des grandes firmes internationales qui affichent déjà d’autres engouements pour s’y installer, ou ailleurs, un choix qui leur convient et qui ne limite pas, a priori, leurs objectifs.
Dès lors, l’on peut dire que les nombreuses visites effectuées par le premier magistrat du pays et des ministres ont été concluantes dans plusieurs domaines, et commencent à concrétiser d’étroites relations qui se sont soldées par des signatures d’importants protocoles en matière de grands aménagements tous secteurs économiques confondus. La dernière promotion d’experts du Bahrein s’est aussi intéressée à l’implantation d’une usine d’aluminium, croit-on savoir. L’on ne sait pas si les protocoles d’accords sont déjà signés et qu’il s’agit de choix de terrain à leur convenance, un point que notre source d’information a omis de nous communiquer dans notre précédent article paru dans l’édition du 07 mai 2008.
Pourquoi les projets industriels se concrétisent aussi rapidement, alors que ceux liés au développement du tourisme balnéaire accusent des retards et affichent peu d’engouement ? Où réside réellement le problème ? Est-ce au niveau de la décision politique ? Non assurément, car le département de Cherif Rahmani, ministre de l’Environnement, de l’aménagement du territoire et du tourisme attache beaucoup d’importance et se montre disposé à aller de l’avant pour le développement du tourisme. Aïn Témouchent veut redynamiser le secteur du tourisme balnéaire, haut de gamme. Elle dispose de plusieurs zones d’expansion touristique (ZET) encore à l’état vierge et d’autres potentialités, mais ce qui est gênant, c’est que l’on n’est pas arrivé à le faire avancer. Est-ce un problème de réglementation ? Les instruments chargés du développement du tourisme n’ont pas les mains libres pour agir ou bien le problème est tout autre? Telles sont les questions gênantes auxquelles il faut répondre.

Source : Quotidien-Oran

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An Awesem design by Orman