Un atelier de formation sur l’agriculture biologique

Un atelier de formation sur l’agriculture biologique se tient à Aïn Témouchent en vue d’y introduire ce mode de culture saint pour l’environnement, a-t-on appris hier de l’Institut technologique moyen agricole spécialisé (ITMAS). Initiée par la direction de développement agricole dans les zones arides et semi-arides relevant du ministère de l’Agriculture et du Développement rural (MADR), cette rencontre vise également à former une trentaine de cadres représentant 14 wilayas du pays, à la bonne gestion des ressources en sols et eaux, ainsi qu’à l’application des cycles végétaux. Née dans les années cinquante, l’agriculture biologique peut être considérée comme une des approches de « l’agriculture durable et une solution adéquate pour un bon environnement », a indiqué un représentant du ministère de l’Agriculture, en signalant qu’elle obéit, de par le monde, à des normes et à des cahiers de charges impliquant une certification attribuée correspondant à son abréviation « bio » avec plusieurs labels internationaux de reconnaissance. La même source a ajouté que celle-ci est au stade expérimental en Algérie.
L’Algérie ne consomme que très peu de produits chimiques et de synthèse. Sur les 8,4 millions d’hectares de superficie agricole utile (SAU), moins de six (06) % reçoivent des engrais et des pesticides, d’où cette initiative d’introduire l’agriculture biologique et qui rentre dans le cadre de « l’organisation des territoires agricoles par la valorisation des ressources et des savoirs endogènes », a-t-il expliqué. Ce système de production favorise, en fait, l’agrosystème et la biodiversité, et exclut l’usage d’engrais, de pesticides de synthèse et d’organismes génétiquement modifiés (OGM), a-t-on estimé. Organisé en étroite collaboration avec l’institut national de la recherche agronomique d’Algérie (INRAA), cet atelier de formation, encadré par des techniciens du MADR et d’instituts techniques, a été marqué par la présentation de communications traitant de ce nouveau procédé d’agriculture.
Des expériences portant, notamment, sur la conversion d’exploitations pheonicicoles en mode biologique, la production de dattes bio, d’olives et d’abricots, ont été présentées à cette occasion. En plus d’une sortie à la station expérimentale de Hassi Bounif (Oran), les participants débattront, jeudi, d’un projet de programme pilote (2010-2011) de l’agriculture biologique au niveau des wilayas participantes.

Source : APS

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An Awesem design by Orman