Un schéma directeur pour le tourisme

Boostée par sa première place en matière de qualité des prestations de services au titre de la dernière saison estivale – cela avant Skikda, Tizi Ouzou et Jijel –, la wilaya de Témouchent vient de se doter d’un Schéma directeur de l’aménagement touristique (SDAT). Selon le directeur en charge du secteur, ce plan a été conçu en conformité avec le schéma national. Il repose sur cinq axes dont, en premier lieu, celui de poursuivre l’effort de mise en valeur de l’image de la destination témouchentoise.
Le deuxième axe concerne l’institution de pôles d’excellence en matière d’investissement touristique. De la sorte, les sites de Sbiat, Sidi Yacoub, Bouzedjar, Oulhaça et Hammam Bou Hadjar ont été retenus pour cet objectif. En troisième lieu, un plan dit « Qualité tourisme » cible l’incitation et le contrôle des activités des opérateurs en faveur de l’amélioration du niveau de leurs prestations. A ce titre, la signature de contrats de performance avec les opérateurs touristiques, comme entre ces derniers, est un des leviers envisagé. L’expérience a même été initiée au travers d’une convention liant un hôtelier à Terga et une agence de voyage, cette dernière organisant durant la saison estivale des excursions au profit des clients de l’établissement d’accueil. En contrepartie, l’hôtelier met à la disposition de l’agencier ses chambres à des tarifs préférentiels lors de la saison basse. Il est ainsi attendu que les voyagistes s’orientent vers le « réceptif » au lieu de s’en tenir aux traditionnelles opérations émettrices, les « omras » en particulier. La quatrième dynamique envisagée a trait à l’intersectorialité, le tourisme devant bénéficier de l’apport des autres secteurs et ne plus les solliciter seulement à la faveur de la saison estivale. A cet égard, d’aucuns estiment que le secteur du tourisme aurait à gagner en s’opposant au projet de dédoublement de la route El Amria-Bouzedjar retenu par la Direction des travaux publics.
En effet, ce projet mettrait entre parenthèse tout le trajet et les sites situés entre El Amria et Bouzedjar, la destination devenant l’essentiel du déplacement. Pis encore, le village de Kouamlia, situé sur cet axe, sera davantage enclavé. La solution la plus avantageuse au plan économique et touristique consisterait à réhabiliter et moderniser la route qui passe par Kouamlia, celle-là même qui liait primitivement El Amria à Bouzedjar. Cette pittoresque route bonifierait le voyage qui alors se transformerait en balade et valoriserait d’autant la destination. Par ailleurs, la dangereuse et excessivement pentue trouée à l’arrivée de Bouzedjar pourrait être évitée par la réhabilitation du tronçon désaffecté qui faisait tout le charme de l’arrivée à Bouzedjar, un tronçon qui serpente à flanc de montagne. Enfin, cinquième et dernier axe du SDAT, un travail de sensibilisation devrait persuader les banques de financer les projets en panne dans une wilaya où existe une forte demande en matière d’hébergement en hôtellerie. A cet égard, si Aïn Témouchent est classée à la sixième position sur les 48 wilayas pour son nombre de lits, soit 2 200, le déficit y est estimé autour de 5 000.

Source : El-Watan

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An Awesem design by Orman