Une nouvelle pépinière pour enrichir les forêts

La Conservation des Forêts d’Aïn Témouchent a enrichi sa pépinière en constituant sur place un herbier rassemblant toutes les espèces végétales, a-t-on appris samedi du conservateur, M. Ahmed Kari. Cette initiative a permis la réalisation d’un inventaire et l’identification des espèces par les cadres de la Conservation, en attendant son enrichissement par des études plus approfondies au niveau des universités et organismes de recherches scientifiques, à l’instar de l’Institut National de Recherche Forestière (INRF). Le conservateur des Forêts a signalé également que «la petite station expérimentale d’un hectare au niveau de la pépinière a entamé l’étude du genévrier de Phénicie, une espèce en voie de disparition sur la côte algérienne».
«La région ne dérogeant pas à la règle, son patrimoine forestier s’est considérablement réduit au fil du temps, d’où la nécessité de réintroduire certaines espèces adaptées aux caractéristiques locales, tel le thuya, un résineux à épines, d’autant que la vocation agricole et touristique de la wilaya d’Aïn Témouchent a été préservée de toute pollution industrielle et urbaine », a-t-il indiqué.
Il est envisagé aussi, selon ce responsable, «d’inventorier les plantes médicinales, notamment celles pouvant faire l’objet d’une exploitation commerciale pour les besoins de l’industrie pharmaceutique ». Essentiellement composée de maquis arboré à base de thuya de Berbérie, de genévrier de Phénicie, le chêne kermès et lentisque, les forêts de pins d’Alep et d’eucalyptus n’occupent que le tiers de la superficie forestière estimée à quelque 29.700 ha, nous rappelle-t-on.

Source : Echo-Oran

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An Awesem design by Orman